En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies, que nous utilisons pour s'assurer du bon déroulement de votre visite et réaliser des statistiques d'audience.  

Notre vision du bien-être

Qualité de vie au travail : à chacun son confort thermique !

Le confort thermique : un des paramètres du bien-être au travail.
Le confort thermique : un des paramètres du bien-être au travail.


Qualité de vie au travail et productivité, un rapport gagnant-gagnant

 La question de la qualité de vie au travail n’est pas seulement un paramètre de la Responsabilité Sociale des Entreprises, c’est aussi un domaine auquel les entreprises doivent être attentives si elles veulent rester compétitives.

 Un environnement sain et motivant, ainsi qu’un degré de confort optimal, assurent une plus grande satisfaction et de meilleures performances de la part des salariés.

 Il est en effet prouvé que la qualité de vie au travail est un biais objectif d’amélioration de la productivité, mais aussi un moyen de renforcer l’attractivité de l’entreprise et ainsi limiter le turn-over.

 Les mêmes logiques qui ont poussé de nombreuses entreprises à repenser l’économie d’énergie et à plébisciter les constructions ‘vertes’, sont aujourd’hui à l’œuvre dans cette nouvelle révolution du monde du travail par laquelle les entreprises s’engagent à concilier santé, bien-être et productivité.

 Comment mesurer le bien-être au travail ?

 Le bien-être d’un salarié dépend à la fois de paramètres objectifs et subjectifs.

Tous s’accorderont par exemple sur la nécessité d’avoir un environnement de travail peu bruyant, un air sain, un taux d’humidité contrôlé et une luminosité adéquate.

 Certains de ces paramètres sont même des impératifs pour préserver la santé des collaborateurs.

 Ainsi, on a pu déterminer que les salariés qui travaillent à la lumière du jour dorment en moyenne 46 minutes de plus que ceux qui travaillent à la lumière artificielle.

À l’inverse, une ambiance sonore trop bruyante peut entraîner jusqu’à 66% de baisse de performance !

En 2006, une méta analyse de 26 études, portant sur le rapport température productivité, démontrait une baisse de productivité de 10% à des températures ‘extrêmes’ comme 15°C et 30°C.

En revanche la notion de température idéale au poste de travail reste très subjective, et peut même créer des tensions en open space entre ceux qui vivent en tee-shirt toute l’année et ceux qui ne quittent pas leur manteau à moins de 23°C ambiant.

Pouvoir mesurer ces paramètres et connaître le degré de satisfaction de chacun permet de tendre vers un environnement de travail zéro défauts pour un bien être optimal de chacun à son poste.

Un environnement de travail agréable peut booster la productivité des salariés.
Un environnement de travail agréable peut booster la productivité des salariés.

Vers un confort thermique sur mesure

Travailler à l’amélioration de chacun de ces domaines peut en effet avoir un véritable impact positif sur les performances d’une entreprise. Mais encore faut il savoir comment les mesurer.

Le confort thermique par exemple dépend lui-même de plusieurs facteurs : la température de l’air, sa vitesse de déplacement (les courants d’air), la température radiative moyenne, mais aussi les éventuelles contraintes d’une tenue de travail particulière.

 Faire intervenir des éléments extérieurs à l’entreprise pour réaliser un audit « confort » de l’espace de travail est possible, mais chronophage et incertain.

Les meilleurs juges du confort et du bien-être au travail ne sont ils pas les collaborateurs eux-mêmes ?

 C’est là qu’interviennent les nouvelles technologies et en particulier l’internet des objets : Il est désormais possible d’évaluer la qualité de l’air, de l’environnement sonore, et le confort thermique, grâce aux objets connectés.

Des outils de contrôle ergonomique peuvent être mis en place au sein du bureau et directement utilisables par les collaborateurs.

 Le service Greenme® a été conçu dans cette optique, afin de mesurer précisément le confort du lieu de travail et le ressenti subjectif de chaque collaborateur.

 Disposés sur les bureaux, au plus près des salariés, les cubes Greenme® mesurent 10 paramètres de confort relatifs à la lumière, au bruit à la qualité de l’air et à la température.

 Les informations ainsi recueillies en permanence sont accessibles via une application sur laquelle l’utilisateur peut également évaluer son propre confort.

L’ensemble est analysé par GreenMe analytics, un logiciel en ligne qui permet également de croiser d’autres informations énergétiques éventuellement transmises par l’entreprise.

 Résultat : le ressenti réel des collaborateurs en terme de confort est connu et peut être pris en compte, pièce par pièce, poste de travail par poste de travail. Les inconforts thermiques peuvent donc être réglés au cas par cas, par l’isolation, l’adaptation de la climatisation ou même en réglant de simples problèmes de courant d’air.

 Greenme® apporte ainsi une solution idéale pour créer un environnement adapté aux besoins de confort de chacun, et générer une satisfaction au travail optimale.