En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies, que nous utilisons pour s'assurer du bon déroulement de votre visite et réaliser des statistiques d'audience.  

Notre vision du bien-être

Burnout / boreout : les dangers pour la productivité de l’entreprise

Burn-out et bore-out sont deux facettes du mal-être en entreprise. Comment identifier et prévenir les risques ?
Burn-out et bore-out sont deux facettes du mal-être en entreprise. Comment identifier et prévenir les risques ?


Selon l’Institut National de Veille Sanitaire (IVS) plus de 500 000 personnes en France présenteraient des symptômes de souffrance psychique liés directement au travail. Un constat inquiétant qui représente non seulement une préoccupation de la part des salariés et de leurs médecins, mais également une perte de performance non négligeable pour les entreprises. Au cœur de ces problématiques, le stress. Véritable fléau de notre société moderne, il est le produit direct de nos nouvelles organisations et manières de travailler. Peut-on prévenir le burn-out de ses salariés ? En quoi consiste cette notion relativement nouvelle de Bore-out ? Et comment prévenir ces risques en proposant à ses collaborateurs un environnement de travail épanouissant et véritablement équilibré ?

 

Un constat préoccupant

Le burn-out est un terme qui est malheureusement bien connu en France. On estimait déjà en 2014 à 3,2 millions le nombre de Français qui seraient exposés à un risque élevé de burn-out[2]. Ces chiffres, révélateurs d’un véritable phénomène de société, caractérisent également une réelle pathologie professionnelle, ou «syndrome d’épuisement professionnel », directement liée à un trop plein d’activité. Les conséquences sur la santé psychique des personnes sont prouvées : fatigue intolérable, surmenage, dévalorisation et manque d’estime de soi. Les conséquences d’un burn-out peuvent être très lourdes et mener notamment à une dépression voire même à une hospitalisation psychiatrique.

Ce n’est qu’en 2007 qu’on parle pour la première fois de bore-out, notamment grâce au travail de deux consultants d’affaire suisses Peter Werder et Philippe Rothlin. Popularisé en France par le livre de Christian Bourion, le terme de bore-out définit un syndrome d’épuisement professionnel par l’ennui, qui diffère du burn-out dans les causes qui le caractérisent. Dans le cas de figure d’un bore-out, les origines sont généralement inversées :

  • La personne concernée, qui dans la majorité des cas a été mise au placard au sein de sa société, ne se voit confier que très peu de tâches qu’elle « étire » dans le temps pour lui tenir toute la journée ;
  • Le travail en lui-même est caractérisé par des activités répétitives et ennuyeuses par nature ;
  • le travail confié ne correspond tout simplement pas aux compétences et aux ambitions de la personne, provoquant ainsi un sentiment d’inutilité caractéristique.

 

Un impact réel mais encore mal identifié

Les conséquences d’un Bore-out n’ont pas encore fait l’objet d’études précises sur le sujet, mais elles sont généralement décrites par les personnes atteintes comme un ennui pénible et difficile à vivre, une réelle déprime voire une dépression et dans certains cas des conséquences physiques comme un ralentissement des fonctions immunitaires ou cardiovasculaires.

Le burn-out et le bore-out sont deux facettes d’une même pièce. En effet, les deux situations dépendent intimement de la quantité des demandes faites par l’employeur et de leur relation en accord avec les compétences et les ambitions de l’employé. Un travail sans notion de challenge pour un collaborateur mènera à terme à l’ennui, tandis qu’une fonction trop exigeante aura un effet désastreux sur sa santé mentale. C’est donc un équilibre fragile qui est au cœur de ces pathologies professionnelles, un équilibre entre les demandes faites aux salariés et le soutien que leur apporte l’entreprise au quotidien.

Burn Out - Bore out

Au final, ces deux situations que l’on pourrait considérer comme contraires mènent malheureusement aux mêmes types de symptômes. Et surtout, elles peuvent toutes deux devenir handicapantes pour l’entreprise, avec des effets négatifs sur la productivité ou sur un turnover trop fréquent. Cela peut même conduire dans le pire des scénarios à des procès aux prud’hommes, particulièrement dans des circonstances de mise au placard comme ce fût le cas l’année dernière avec l’affaire très médiatisée de Frédéric Desnard.

Comment reconnaître un mal-être chez l’employé ?

Les signes qui peuvent être annonciateurs :

  • La personne semble continuellement fatiguée et facilement distraite.
  • La personne concernée fait de plus en plus d’erreurs d’inattention, ce qui peut notamment être causé par des tâches trop répétitives ou sans intérêt.
  • La personne arbore un langage corporel négatif ou souffre de plus en plus de problèmes physiques chroniques (maux de dos, absentéisme etc.).
  • Elle arrive à son poste à l’heure exacte et repart de manière très ponctuelle, ou au contraire, elle supporte beaucoup trop d’heures supplémentaires que celles prévues dans son contrat de travail.

 

La prévention comme outil de gestion des ressources humaines

Dans ces circonstances, la communication semble être la meilleure stratégie pour identifier les problèmes potentiels. Par ailleurs, proposer un environnement de travail propice et rassurant peut également contribuer à l’augmentation du bien-être des employés : par exemple l’équipement en matériels ergonomiques et dans un éclairage satisfaisant. Ou encore la mise en place de salles de repos ou de salles de sport peut permettre d’évacuer le stress, et constituer une mesure efficace de prévention. A noter également qu’une répartition des tâches répétitives et ennuyeuses équitablement au sein des équipes peut s’avérer pertinente, en veillant à faire évoluer les salariés dans leurs fonctions et leurs missions, voire en proposant des formations adaptées de manière régulière.

Heureusement ces sujets se retrouvent de plus en plus au cœur des préoccupations des directions des ressources humaines dans les entreprises, contribuant ainsi au développement de solutions innovantes et à l’éducation indispensable des managers sur ces risques professionnels de plus en plus courants.

Lindsay van Driel and Anakha Coman Awake at Intel organizers