Photo credit: Katell Ar Gow on VisualHunt
Photo credit: Katell Ar Gow on VisualHunt

Bâtiment durable : entre idéal et réalité

Une réglementation qui se durcit, le changement climatique qui se fait de plus en plus ressentir, des locataires et occupants de plus en plus regardants et exigeants poussent les entreprises - et en particuliers les entreprises de Property Management – à adopter une stratégie ESG.

ESG est l'acronyme de "Environmental, Social and Governance planning" (planification environnementale, sociale et de gouvernance) et est désormais devenu un devoir et une responsabilité des entreprises. Le secteur immobilier représente en France près de 45% de la consommation d’énergie finale et est responsable de plus de 25% des émissions de gaz à effets de serre nationales. En réponse à cette situation, la France a adopté la Stratégie Nationale Bas Carbone (SNBC) qui vise à atteindre la neutralité carbone d'ici 2050.

Aujourd'hui plus que jamais, les entreprises ont la responsabilité de minimiser leur impact environnemental et social. Cela commence par s'assurer qu’elles réduisent leurs consommations énergétiques  et qu'elles suivent de manière proactive les procédures durables clairement définies dans leur plan ESG. Que ce soit l’entreprise locataire, la maintenance exploitation (Facility Management) ou le propriétaire bailleur (Property Management), tous sont concernés.

Si, pour beaucoup, cela paraît évident, il est nécessaire de le dire haut et fort, car les preuves de la dégradation environnementale et sanitaire ne se traduisent pas encore à grande échelle dans les décisions de conception et d’investissement.

Quels sont les freins rencontrés dans la gestion immobilière pour atteindre la performance environnementale ?

Qualité de la donnée

Prenons le cas des entreprises de Property Management qui décident d’implémenter une stratégie environnementale, sociale et de gouvernance (ESG). Celles-ci sont de plus en plus nombreuses, et pour cause, la planification ESG est un élément essentiel de la stratégie immobilière. Elle permet non seulement de s'assurer que les bâtiments sont attrayants pour les investisseurs et les occupants, mais aussi de définir des indicateurs clés de performance et de rendre compte des performances aux parties prenantes.

Mais il y a 60 critères ESG, suivant le nombre d’actifs immobiliers le nombre d’ indicateurs à suivre peut devenir très élevé. Il faut parvenir à les collecter, les faire remonter aux gestionnaires et les analyser. Cela nécessite donc une mobilisation générale de tous les acteurs : Facilities Management, bailleur, occupants.

 

Il y a également l’hétérogénéité des données. Tous les actifs ne remontent pas les mêmes données et la même qualité de données. Certains par exemple sont bien instrumentés pour faire remonter des informations cruciales sur la qualité de l’environnement intérieur, comme celles fournies par GreenMe, d’autres non.

 

Enfin, les engagements RSE (Responsabilité Sociétale et Environnementale) des entreprises sont très variées : certaines sont très engagées, d’autres sont très loin de ces sujets. L’accès à la donnée est dont plus difficile.

 

GreenMe donne accès à des données exploitables en temps réel et à des rapports précis afin que vous puissiez atteindre vos objectifs ESG.
  Contactez-nous pour plus d'informations

Engagement des différentes parties prenantes

Le second frein rencontré dans la gestion immobilière pour atteindre la performance environnementale est le frein humain. La plupart du temps il est lié à la méconnaissance des enjeux.

Bien qu’elle semble évidente, pour beaucoup la relation entre performance environnementale et performance économique n’est pas faite. Et pour ceux-là le maillon manquant est l’humain et sa santé. C’est pourquoi il est indispensable de lever ce frein en sensibilisant toutes les parties prenantes : des ressources humaines au Département Environnement de Travail (DET) en passant par la maintenance technique et d’exploitation.
Les actions de sensibilisation ne sont pas des actions d’infantilisation, mais d’information et doivent être très pragmatiques pour atteindre les meilleurs résultats.

 

Accroissement des compétences

Enfin, un troisième frein rencontré dans la gestion immobilière pour atteindre la performance environnementale est le manque de compétence sur la gestion durable des actifs immobiliers.

Il faut pouvoir comprendre les enjeux énergétiques, environnementaux et humains d’une telle approche. Il faut être capable d’appréhender toutes les données remontées et en tirer les conclusions nécessaires à la mise en place d’actions vertueuses. Il faut pouvoir également en mesurer les effets. Il faut enfin mieux interagir avec les occupants, et comprendre ce qu’ils attendent. L’optimisation et la régulation découlent aussi de la bonne compréhension du facteur humain.

 Il y a donc un besoin d’une forte montée en compétence des différentes lignes de métier pour adhérer au concept de bâtiment durable.  C’est fondamental pour anticiper les enjeux climatiques, énergétiques et sociétaux.

Comments

Comments

...

Add comment

Our website uses cookies, mainly from 3rd party services. Define your Privacy Preferences and/or agree to our use of cookies.